C’est la crise !

14 Mai

Par Joris

11_Hazanavicius critique le cinéma françaisRéalisateur français Oscarisé pour un film Français – The Artist, dois-je le rappeler ? – Michel Hazanavicius est peut être le mieux placé actuellement pour donner son avis sur le cinéma hexagonal. Pour lui, le système de financement dénoncé il y’a quelques mois par Vincent Maraval est en fait un système « d’une grande subtilité quant au mode de financement. Mais ce système est en train de se gangrener ». Hazanavicius admet que les films français sont globalement trop chers, et pour de mauvaises raisons. Pour réduire les coûts et notamment ceux des salaires des acteurs et réalisateurs, l’auteur de OSS 117 propose un système basé sur le bénéfice partagé.  « Si les gens qui fabriquent des films – réalisateurs auteurs, acteurs techniciens, et producteurs dans certains cas – sont plus intéressés financièrement dès la signature du contrat, c’est qu’ils préfèrent logiquement gagner de l’argent en amont de la sortie puisque l’espoir d’en gagner dans la phase d’exploitation est quasi nul. Avec un système où les gens seraient payés sur les bénéfices du film les budgets nous aurions d’autant plus intérêt à en faire de bons, et pour moins cher s’ils peuvent rapporter de l’argent. » L’autre gangrène selon lui, se situe dans le rôle des chaînes de télévision. Si elles sont obligées de contribuer à la production d’œuvres filmiques (c’est la loi) selon Hazanavicius, leurs choix seraient trop souvent orientés sur des produits aseptisés et formatés pour une diffusion télé. Le réalisateur propose d’élargir cette contribution obligatoire aux fournisseurs d’accès internet puisqu’il faut selon lui « accepter de se dire qu’Internet c’est de la télévision, et que la télévision c’est de l’Internet, et tirer les conséquences de ces nouvelles définitions, notamment pour le financement ».